Quelle est la différence entre un mandant et un mandataire ?

Dans le monde des affaires, il n’est pas rare de déléguer des tâches à d’autres personnes. Il s’agit d’un contrat entre les deux parties, vous devez donc bien connaître vos responsabilités avant de le signer. Vous devez connaître la différence entre un principal et un mandataire.

Un mandat : de quoi s’agit-il ?

Plusieurs articles du Code civil prévoient le mandat. Vous les connaissez peut-être déjà sous le nom de procurations. Une procuration est un acte par lequel une personne (le mandant) demande à une autre personne (le mandataire) d’accomplir une tâche spécifique en son nom et à son profit. Les procurations sont généralement délivrées gratuitement.

Une procuration peut couvrir tous les types de transactions juridiques, à l’exception du mariage. Par exemple, si un employé (mandataire) est chargé par son employeur (mandant) de collecter de l’argent (il s’agit d’une action légale), on a affaire à un mandat. Un mandataire de voyage qui organise des vacances pour un client est le mandataire de ce dernier.

Le contrat de mandat

Un contrat d’agence est un document d’autorisation formel et écrit. La loi n’exige pas une autorisation écrite, elle peut aussi être donnée oralement. Cependant, il est conseillé d’avoir un document écrit comme preuve en cas de litige entre le mandant et l’mandataire. Une autre option est la procuration notariée (auprès d’un notaire).

Un contrat de procuration est un contrat dit « personnel », c’est-à-dire un contrat conclu au nom d’une seule personne. Par conséquent, il existe une relation étroite entre l’mandataire et le principal.

Le mandant peut choisir un mineur comme mandataire. Le principal peut choisir le mandataire. Cependant, le mandant reste responsable des actions de l’mandataire envers les tiers.

Obligations des mandataires et des mandants

Pour le mandataire

En général, un mandataire est tenu de suivre les instructions données (devoir de diligence) et d’exécuter lui-même la mission dans le délai prescrit (devoir de vigilance). Toutefois, il peut sous-traiter ses tâches. C’est ce qu’on appelle l’alternative. Dans ce cas, l’mandataire est responsable des actions du sous-traitant et a un intérêt à obtenir le consentement de ce dernier.

En outre, le contrat d’agence impose à l’mandataire un devoir de loyauté envers le commettant. L’mandataire ne peut donc passer des ordres que pour le compte du mandant. Il ne peut pas dépasser les limites prévues par le contrat d’agence, sauf s’il a commis une négligence telle qu’elle a causé un dommage. Il s’agit d’un devoir de mandataire.

Cela signifie que le mandataire doit rendre compte de l’exécution de ses fonctions et restituer au mandant toutes les sommes reçues de tiers. Des intérêts sont dus sur ce montant, qui court à partir de la date et de la note de remboursement du capital.

Pour le mandant

Le mandant a le devoir de payer les honoraires et les avances, même si les tâches confiées ne sont pas exécutées. Il ne peut exiger une réduction des honoraires ou des avances au motif qu’ils auraient pu être effectués à moindre coût.

De même, la partie réceptrice doit rembourser les honoraires du mandataire, sauf si celui-ci est accusé de négligence dans l’exécution de sa tâche.

Les frais avancés par le mandataire qui ne sont pas remboursés par l’hôte dans le délai convenu portent intérêt. Ces intérêts sont payables à partir de la date du paiement anticipé.

Qu’est ce que la garantie décennale ?
Comment fonctionne une rente viagère ?